Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CALISTO, écrivaine et sexologue

Une  lecture divine et/ou démoniaque.

 

Avant de vouer un culte à la raison, les Grecs se sont enthousiasmés pour la notion de possession. Lié aux affres de la passion, ce phénomène de "folie divine" revêt diverses formes et génère la pensée même, la poésie, la divination. Roberto Calasso se penche sur l'histoire secrète de cette notion, méprisée et attaquée par les Modernes. Il rappelle qu'elle doit son origine à la figure de la Nymphe,instigatrice de la première possession, la possession érotique, qui touche non seulement les hommes mais aussi les dieux. Il redonne du sens à ces êtres délicats et sibyllins, fascinants et terribles. Dans cet essai d'une grande modernité, d'autres oeuvres affluent, recoupant le thème de la possession. parmi lesquelles Lolita de Vladimir Nabokov, Fenêtre sur cour d'Alfred Hitchcock, ou encore Gilda de Charles Vidor.

 

51ofZ9I0IgL

  

 " Les dieux, ensuite les hommes, qui imitent les dieux, reconnurent que les corps des Nymphes étaient le lieu même d'une connaissance terrible, parce qu'elle était en même temps salvatrice et funeste : la connaissance à travers la possession. Une connaissance qui donne la clairvoyance, mais qui peut aussi livrer ceux qui la pratiquent à une folie particulière. Le paradoxe de la Nymphe est le suivant :

la posséder signifie être possédé".  

 

Calisto*

 

 *Nymphe de la mythologie grecque...

Commenter cet article