Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Ecrivaine, sexologue clinicienne et psychoaddictologue. SOS Addictions, SFSC, AIUS, Académie des Sciences sexologiques. Rédactrice au Huffington Post, L'Obs, ActivMag, Mediapart. http://www.psycho-sante74.com


Gérard Miller: «DSK est un homme sans inhibition»

Publié par CALISTO, écrivaine et sexologue sur 27 Mai 2013, 19:23pm

Catégories : #Psychanalyse

Gérard Miller: «DSK est un homme sans inhibition»

Auteur d'un documentaire remarqué sur Dominique Strass-Kahn, le réalisateur analyse le dernier « coup » de l'ex-patron du FMI au festival de Cannes

Par Emmanuel Galiero Publié le 27/05/2013 à 10:48

Gérard Miller: «DSK est un homme sans inhibition»
© Capture d'écran
 
Gérard Miller, l'auteur du documentaire-portrait de DSK qui avait été diffusé, sur France 3, il y a quelque temps, commente le passage de son personnage à Cannes. Tout sourire et à la surprise générale, l'ancien directeur du FMI a gravi les marches du Palais des festivals, samedi 25 mai 2013, peu après 21 heures.

Il était accompagné d'une amie, Myriam L'Aouffir, responsable communication online et social media marketing manager au sein de France Télévisions. Certains observateurs auraient même noté que ce couple inattendu aurait ravi la vedette à la star Alain Delon.

« Dans mon film, note Gérard Miller, je mettais en évidence le fait que Dominique Strauss-Kahn était un personnage de roman. Ce qui fascine l'opinion est, qu'à la différence de chacun de nous dans la vie normale, DSK, comme un personnage de roman  va jusqu'au bout. Parfois, il a d'ailleurs frôlé le pire. À cause du film de Ferrara [ndlr : Welcome to New York avec Depardieu dans une fiction inspirée de l'affaire du Sofitel], il est devenu aussi un personnage de cinéma. »

Un message à Depardieu

Gérard Miller remarque aussi que DSK « ne manque pas d'occasions de se montrer et qu'il ait choisi le festival de Cannes pour le faire à ce point prouve qu'il veut quitter le roman pour le cinéma. »  Le psychanalyste-documentariste interprète le geste de DSK comme un message de vie envoyé à Depardieu : « C'est un peu  comme s'il lui disait : je suis un bien plus grand acteur que toi. »

Reconnaissant le caractère impressionnant de l'acte public, Miller ajoute : « Il avait le choix entre tout s'arrête ou tout continue. Son choix est celui du show must go on, le spectacle continue ! » Peut-on comprendre le passage de DSK au Palais des festivals comme une immense provocation ?

« Je ne crois pas en ces termes. Ce qu'il a compris depuis l'affaire du Sofitel, c'est qu'il faut aussi sauver sa peau et donc évidemment, continuer à se montrer. Car sauver sa peau, ce n'est pas se terrer. C'est aussi continuer à surprendre et je crois d'ailleurs, comme je l'avais dit lors de la diffusion de mon documentaire, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Voler la vedette à Delon et à Depardieu, c'est très fort. »

L'homme pour lequel certains, notamment parmi ses proches, avaient pu craindre le pire, se révèle à Cannes comme un être « sans inhibition». Gérard Miller conclue : « DSK a marché au bord du gouffre, aujourd'hui il marche au bord de la Croisette. C'est moins risqué. »

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents