Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Ecrivaine, sexologue clinicienne et psychoaddictologue. SOS Addictions, SFSC, AIUS, Académie des Sciences sexologiques. Rédactrice au Huffington Post, L'Obs, ActivMag, Mediapart. http://www.psycho-sante74.com


De Marcel Proust à Balbec...

Publié par CALISTO sur 9 Août 2012, 21:33pm

Catégories : #Culture

 06. Salon du livre 2012

Fraîchement rentrée du Salon du livre de Cabourg, je vous invite à retrouver le temps perdu au moyen de quelques citations et paysages proustiens... un vrai délice!

  Marcel Proust

 

"Ma mère avait arrangé de s'installer ce jour-là même à Saint-Cloud, et elle avait pris, ou feint de prendre, toutes ses dispositions pour y aller directement après nous avoir conduits à la gare, sans avoir à repasser par la maison où elle craignait que je ne voulusse, au lieu de partir pour Balbec, rentrer avec elle. Et même sous le prétexte d'avoir beaucoup à faire dans la maison qu'elle venait de louer et d'être à court de temps, en réalité pour m'éviter la cruauté de ce genre d'adieux, elle avait décidé de ne pas rester avec nous jusqu'à ce départ du train où, dissimulée auparavant dans des allées et venues et des préparatifs qui n'engagent pas définitivement, une séparation apparaît brusquement, impossible à souffrir, alors qu'elle n'est déjà plus possible à éviter, concentrée tout entière dans un instant immense de lucidité impuissante et suprême."

 (A l'ombre des jeunes filles en fleur, Ed Garnier 2011,  p132.)

HPIM3093.JPG 

 HPIM3085.JPG HPIM3080.JPG 

 " Quand le matin, le soleil venait de derrière l’hôtel, découvrant devant moi les grèves illuminées jusqu’aux premiers contreforts de la mer, il semblait m’en montrer un autre versant et m’engager à poursuivre, sur la route tournante de ses rayons, un voyage immobile et varié à travers les plus beaux sites du paysage accidenté des heures. Et dès ce premier matin le soleil me désignait au loin d’un doigt souriant ces cimes bleues de la mer qui n’ont de nom sur aucune carte géographique, jusqu’à ce qu’étourdi de sa sublime promenade à la surface retentissante et chaotique de leurs crêtes et de leurs avalanches, il vînt se mettre à l’abri du vent dans ma chambre. " A l"ombre des jeunes filles en fleurs.

 HPIM3084.JPGHPIM3071.JPGHPIM3079.JPG* 

 

J’ai rencontré sur la digue de Cabourg Lucy Gérard. C’était un soir ravissant où le coucher du soleil n’avait oublié qu’une couleur : le rose. Or sa robe était toute rose et de très loin mettait sur le ciel orangé la couleur complémentaire du crépuscule. Je suis resté bien longtemps à regarder cette fine tache rose, et je suis rentré, enrhumé, quand je l’ai vue se confondre avec l’horizon à l’extrémité duquel elle fuyait comme une voile enchantée. Tendrement à vous, Marcel.

HPIM3090.JPG

 

Ce n'est jamais qu'à cause d'un état d'esprit qui n'est pas destiné à durer qu'on prend des résolutions définitives... (A l'ombre des jeunes filles en fleurs)

HPIM3086.JPG

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents