Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Le Blog de Magali Croset-Calisto

Ecrivaine, sexologue clinicienne et psychoaddictologue. SOS Addictions, SFSC, AIUS, Académie des Sciences sexologiques. Rédactrice au Huffington Post, L'Obs, ActivMag, Mediapart. http://www.psycho-sante74.com


Antoinette Fouque, une Vie...

Publié par CALISTO, écrivaine et sexologue sur 22 Février 2014, 20:25pm

Catégories : #Culture

Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Le Monde.fr avec AFP | 21.02.2014 à 22h18 • Mis à jour le 22.02.2014 

La psychanalyse et militante féministe Antoinette Fouque à Paris, le 22 novembre 2013.

 

Figure historique du féminisme français, la psychanalyste et militante Antoinette Fouque s'est éteinte dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20 février à Paris, à l'âge de 77 ans.

Elle avait cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF) avec Monique Wittig et Josiane Chanel, dans la foulée de Mai 68, « en réaction contre le virilisme du mouvement étudiant », une aventure qui avait aussi constitué pour elle « une libération joyeuse ». Sans jamais cesser de lutter par la suite.

 

 LETTRES ET  PSYCHANALYSE

Née Grugnardi, le 1er octobre 1936 à Marseille, Antoinette Fouque, diplômée d'études supérieures de lettres et docteur en sciences politiques, fut d'abord enseignante, et parallèlement, à partir de 1964, critique littéraire et traductrice, notamment aux Cahiers du Sud et à La Quinzaine littéraire.

Au sein du MLF, cette ancienne étudiante de Roland Barthes, qui suivit une psychanalyse avec Jacques Lacan, fonde et anime le groupe Psychanalyse et Politique, l'un des courants majeurs du féminisme en France.

Dans la foulée de la création des éditions des Femmes, en 1973, elle ouvre trois librairies Des Femmes à Paris, Lyon et Marseille, dirige Le Quotidien des femmes, puis Femmes en mouvement (1978-1982), et inaugure la Bibliothèque des voix, composée de livres-cassettes.

Antoinette Fouque préside aussi l'Alliance française de San Diego aux Etats-Unis (1986-1988), avant de fonder, en 1989, l'Alliance des femmes pour la démocratie, dont elle sera présidente.

 

 SUR LE TERRAIN POLITIQUE

Dans les années 90, cette théoricienne du féminisme, aux positions souvent controversées, s'engage nettement sur le terrain politique. Chargée de mission auprès de Michèle André, secrétaire d'Etat aux droits des femmes en 1990, elle fonde deux ans plus tard le club Parité 2000, avant d'être élue au Parlement européen en 1994, sur la liste Energie radicale de son compatriote marseillais Bernard Tapie.

A Strasbourg, elle sera vice-présidente de la commission des droits de la femme, et déléguée de l'Union européenne à la Conférence mondiale des femmes à Pékin en 1995. Parallèlement, elle est chargée de séminaires en sciences politiques et directrice de recherches à l'université de Saint-Denis.

Commandeur de la Légion d'honneur, grand officier de l'ordre national du Mérite, commandeur des arts et des lettres, Antoinette Fouque avait notamment publié Il y a deux sexes (1995, réédité en 2004) et, l'année dernière, était sorti sous sa direction Le Dictionnaire universel des créatrices. Dans un entretien sur le site Internet Au féminin, à l'occasion de sa publication, elle expliquait ainsi : « Ce dictionnaire lève une censure immémoriale sur la création des femmes sous toutes ses formes. C'est un manifeste d'existence. »

 

« Notre révolution était démocratique, pacifique, anthropologique, la plus longue des révolutions, puisqu'elle est toujours en cours », affirmait-elle encore, déclarant avoir souffert, politiquement, « de la misogynie, mais aussi de l'incompréhension du milieu féministe universaliste »

 

A consulter : http://www.desfemmes.fr/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents