Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Blog de Magali Croset-Calisto, sexologue et auteure

 

Rubrique « Sexo by Calisto », page 16.

ACTIVES Magazine, mai 2015.

 

 

Addiction sexuelle : quand le besoin se substitue à l’envie

 

« Je sais bien mais c’est plus fort que moi », « je voudrais bien arrêter, mais je n’y arrive pas », « j’en souffre, mais c’est comme ça »… Trois formules qui résument l’engrenage dans lequel est inscrit toute personne « addict ». Y compris en matière de sexe. La demande devient prioritaire, la raison secondaire. Quand l’addiction prend le dessus, c’est la liberté d’être qui n’existe plus.

 

Par Magali Croset-Calisto, sexologue clinicienne

 

Résultat de recherche d'images pour "addiction sexuelle"

Définition

Depuis une dizaine d’années, l’addiction sexuelle est en pleine expansion dans les médias et les cabinets de consultations. Selon les dernières statistiques, elle toucherait 6 à 13% de la population[1]. Si l’addiction sexuelle est connue depuis l’antiquité, sa terminologie n’a cessé de varier au fil des siècles : messalinisme, nymphomanie, satyriasisme, don juanisme, perversion sexuelle, comportement sexuel compulsif, hypersexualité… En psychiatrie, le concept d'« addiction sexuelle » est apparu pour la première fois dans les années 80 avec la célèbre étude menée par le Dr.Patrick Carnes, mais ce que recoupe cette notion ne fait toujours pas consensus dans le monde médical. Toutefois, les spécialistes s’accordent sur le fait que l’addiction engage une fréquence excessive, croissante et non contrôlée d’un comportement sexuel, lequel persiste en dépit des conséquences négatives et de la souffrance qu’il implique. A ce stade, les considérations sexuelles et la mise en acte deviennent une priorité absolue dans la vie de la personne « addict ». Cette dernière est alors capable de tout sacrifier - vie affective, famille, travail, loisirs - au nom de son addiction.

Le concept d’addiction sexuelle regroupe plusieurs pratiques :

  • la masturbation compulsive
  • les rapports sexuels compulsifs et multiples (avec un ou plusieurs partenaires)
  • le sexe payant (escort, prostitution)
  • la sexualité par téléphone (phonesex)
  • le cybersexe (cyberpornographie) et la dépendance à la pornographie

 

Fonctionnement

 

La perte de la liberté de s’abstenir représente un critère probant et révélateur d’une addiction sexuelle. Le besoin ressenti par la personne est si fort qu’il déclenche la recherche obsessionnelle d’une stimulation sexuelle. Cette dernière répond à cette pression intense par une mise en acte (masturbation compulsive, rapports sexuels multiples…) puis s’ensuit désespoir et honte, avant que ne recommence le rituel. L’individu tombe alors dans une spirale de répétition compulsive dont il n’arrive à s’affranchir. A ce stade, ni la volonté, ni la raison ne sont alors suffisantes pour le sujet cherchant à s’en sortir. Au-delà de sa souffrance physique, tout un système physiologique et cérébral chargé de maintenir la conduite addictive se trouve enclenché. La récompense devient urgente et donc prioritaire sur le reste. Si la sexualité addictive résulte d’un dysfonctionnement cérébral (circuit de récompense) et émotionnel véhiculé par les neurotransmetteurs, l’éducation et la construction psychologique de chaque individu représentent également des facteurs à prendre en compte dans la prise en charge de l’addiction. Dans tous les cas, l’addiction sexuelle – comme toutes les autres addictions – représente une maladie. Et contrairement aux idées reçues, la volonté ne suffit pas pour s’en sortir.

 

Toutefois, des solutions existent (les thérapies cognitivo-comportementales offrent de bons résultats par exemple dans la prise en charge des addictions). N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin généraliste ou d’un spécialiste, afin de retrouver - comme le disait si bien Daniel Balavoine - le goût de la vie qui pourra remplacer le besoin, par l’envie…

 

 

Info+

 

A lire :

 

  • Revue Santé mentale, Dossier Spécial « Addiction sexuelle », mars-avril 2015
  • Magali Croset-Calisto, L’addiction sexuelle et ses représentations psycho-socio-culturelles, Editions Ovadia, 2014
  • Reynaud. M, Karila. L, On ne pense qu'à ça : Sensations, émotions, passions : l'amour dévoilé ou presque, Flammarion, 2009.
  • Sandis F, Dumonteix J-B, Valleur M. Les sex-addicts : quand le sexe devient une drogue dure. Paris : Hors collection éditeur ; 2012

A voir :

  • Le film Shame, réalisateur S. Mac Queen, 2011.

 

[1] L’Observatoire des sexualités addictives lancé en 2014 par la Société française de sexologie clinique devrait permettre d’établir d’ici quelques mois, un premier état qualitatif et quantitatif précis de l’impact de l’addiction sexuelle à travers la population française.

"Addiction sexuelle : quand le besoin se substitue à l’envie" par Magali Croset-Calisto, magazine ACTIVES Mai 2015
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article