Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Blog de Magali Croset-Calisto, sexologue et auteure

Comment les jouets véhiculent les clichés sexistes
 
Qui n’a jamais fait cette expérience dans une boutique de jouets :
« C’est pour une fille ou pour un garçon ? », demande le vendeur avant d’orienter vers le rayon qui convient, rose pour les filles, bleu pour les garçons.
 
D’un côté, des déguisements de princesse, des poupons, des perles, du maquillage, des dînettes, voire des ustensiles de ménage ; de l’autre, des panoplies de superhéros, des véhicules en tous genres, des jeux de construction et d’adresse. Les jouets sont un terrain d’expression particulièrement prolifique de stéréotypes.
 
Cette situation est régulièrement dénoncée par les associations féministes. Elle est jugée suffisamment préoccupante pour que la délégation aux droits des femmes du Sénat, présidée par Chantal Jouanno (UDI), se penche sur le sujet dans un rapport publié jeudi 18 décembre.
« Dégradation évidente par rapport à un idéal d’égalité »
 
L’analyse des catalogues de jouets est instructive. Les petites filles qui sourient sur le papier glacé sont toujours habillées en rose ou violet, tandis que les garçons sont en bleu, gris ou noir. Des codes couleur appliqués sur les jouets eux-mêmes. D’où l’impression d’être face à « deux univers séparés qui ne semblent pas susceptibles de se rejoindre », relève le rapport. Les garçons sont représentés « comme les héros d’univers exceptionnels qui évoluent dans des univers de combats (…), poursuit-il. Quand ils jouent avec des voitures, ils utilisent des véhicules aux caractéristiques techniques exceptionnelles (turbo, vitesse, infrarouge, radars). »

Les filles, elles, sont des « protagonistes d’histoires du quotidien : petites mamans équipées de poussettes, s’occupant de ménage et de cuisine ». Leur univers est marqué par le maternage, le rêve et l’apparence physique, tandis que celui des garçons est axé sur la technique, le combat, la violence et le dépassement de soi.

Un concentré de clichés qui constitue « une dégradation évidente par rapport à un idéal de société d’égalité où filles et garçons se verraient proposer les mêmes opportunités », affirme la délégation. Cette segmentation « pose aussi la question de l’épanouissement de garçons qui ne seraient pas à l’aise dans la compétition et les performances », relèvent les auteurs. Or les jouets, rappellent-ils, ont un rôle capital dans la formation de l’enfant, en contribuant à la construction de son identité. Seules 33 % des pages des catalogues étudiés présentent des jouets « mixtes ».

Parmi les propositions, une charte de bonnes pratiques

Cette sexualisation à outrance remonte aux années 1990. Elle est la conséquence de l’arrivée dans ce secteur des méthodes de marketing, propices à la schématisation – les fabricants jouent sur des repères facilement identifiables par le plus grand nombre – et de la mondialisation de ce marché, donc de la standardisation des produits. La segmentation filles-garçons permet aussi aux entreprises de dégager plus de bénéfices : les jouets s’échangent moins dans les fratries. Une fille peut à la rigueur se servir des Playmobil de son frère. Un petit garçon ne récupérera jamais le vélo rose de sa sœur.

A qui la faute ? Les intervenants se renvoient la balle : pour les spécialistes du marketing, ce sont les parents qui sont responsables ; pour les parents, ce sont les spécialistes du marketing ; et pour les professionnels de la petite enfance, ce sont les deux premiers… S’il n’est pas simple de faire pression sur des marques qui n’ont parfois qu’un bureau en France, les parents ont pourtant un rôle non négligeable « dans l’ouverture du champ des possibles », selon les sénateurs.

L’objectif est de tendre non pas vers des jouets uniformément neutres, mais d’associer tous les jouets aux deux sexes. La délégation propose une série de mesures pour y parvenir : mettre en place une charte de bonnes pratiques dans les grandes enseignes, valoriser celles qui la mettent en œuvre et, au contraire, dénoncer les pratiques contestables, privilégier les jouets non sexistes dans les commandes publiques ou encore former des professionnels de l’enfance sur les moyens de favoriser le « jouer ensemble ».


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/18/superheros-d-un-cote-princesses-de-l-autre-comment-les-jouets-vehiculent-les-cliches-sexistes_4542883_3224.html#yBr7hwWsscZaz2ST.99

 

 

LE MONDE | 18.12.2014 à 12h45 • Mis à jour le 18.12.2014 à 16h33 | Par Gaëlle Dupont
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/18/superheros-d-un-cote-princesses-de-l-autre-comment-les-jouets-vehiculent-les-cliches-sexistes_4542883_3224.html#yBr7hwWsscZaz2ST.99

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article