Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Blog de Magali Croset-Calisto, sexologue et auteure

Enquête IFOP (octobre 2014) :

 

L'observatoire européen de l'échangisme :

la France est-elle vraiment la patrie du libertinage ?

 

Les bases de comparaison internationale étant rares, voire inexistantes, le leader français des sites de rencontres libertines, Netechangisme, a commandé à l’IFOP une grande enquête sur la pratique des différentes formes de sexualités collectives en Europe.

Réalisée dans les principaux pays européens auprès d’un échantillon de plus de 5 000 personnes, cette enquête fournit ainsi les premières données fiables sur des pratiques encore peu étudiées comme l’échangisme, le triolisme ou le mélangisme (1). Permettant de dresser une carte des différents types de sexualité de groupe en Europe, ces résultats tordent le cou à certaines idées reçues sur le caractère particulièrement « libertin » des Français sans pour autant démentir leur goût de plus en plus prononcé pour les jeux sexuels à plusieurs…

Echangisme, triolisme et autres mélangismes sont autant de formes d'affranchissement des codes traditionnels de la sexualité qui restent minoritaires en Europe : la majorité des Européens conservant une vision assez normative de la sexualité fondée sur le principe d'exclusivité sexuelle entre partenaires. Cependant, cette étude atteste du fait qu'une proportion croissante de la population ne limite plus sa sexualité à un cadre conjugal classique. En effet, si l'introduction d'un ou plusieurs partenaires dans la vie sexuelle d'un couple constitue toujours une prise de risques, elle apparaît aussi comme une forme de comportement extra-conjugal codifié dans lequel chacun est associé aux jeux sexuels de l'autre.

Le désir des Français d'expérimenter des pratiques susceptibles de casser la routine, en fait ainsi une source de diversification du plaisir conjugal parmi d’autres. Ces formes de sexualité de groupe participent donc, au même titre que la pratique d'autres jeux au sein du couple (ex : usage de Sex Toy, pratiques « SM soft »,...) au développement d'une vie érotique plus variée.
 
POUR INFO :
  • Étude réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 29 mars au 4 avril 2014 auprès d’un échantillon de 5 249 personnes âgées de 18 à 69 ans, extrait d’un échantillon représentatif des populations française, italienne, espagnole, belge, allemande et britannique âgées de 18 ans et plus.
  • Dans chaque pays, l’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 800 à 1000 personnes, dont la représentativité a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée, région, statut marital légal).
  •  

QUELQUES CHIFFRES CLÉS


Voici les classements en fonction des diverses pratiques sexuelles en groupe:

 

  • La fréquentation des clubs échangistes :

1er: Les Belges avec (9% de pratiquants),
2e: Les Français (7% de pratiquants)
3e: Les Espagnols (7%de pratiquants)

 

  • La pratique de l'échangisme (échange de partenaires entre couples):

1er: Les Belges (7% de pratiqaunts)
2e: Les Britanniques (6% de praitquants)
3e: Les Espagnols (6% de pratiquants)

 

  • La pratique du triolisme (relation sexuelle à trois):

1er: Les Britanniques (17% de pratiquants),
2e: Les Belges (15% de pratiquants)
3e: Les Espagnols (13% de pratiquants

 

  • La pratique de l'orgie (rapport sexuel avec plus de deux personnes en même temps):

1er: Les Britanniques (12% de pratiquants)
2e: Les Belges (12% de pratiquants)
3e: Les Espagnols (11% de pratiquants)

 

  • La pratique du mélangisme (jeux érotiques avec d'autres couples sans pénétration) :

1er: Les Espagnols (19% de pratiquants)
2e: Les Britanniques (11% de pratiquants)
3e: Les Belges (10% de pratiquants)

 

  • La pratique du "côte-à-côtisme" (avoir un rapport sexuel au milieu d'autres couples)

1er: Les Britanniques (10% de pratiquants)
2e: Les Belges (8% de pratiquants)
3e: Les Italiens (7% de pratiquants)

 

CONCLUSION DE L'ENQUETE :

"Un affranchissement des codes traditionnels et conservatisme", l’IFOP commente ainsi ses résultats: « Echangisme, triolisme et autres mélangismes sont autant de formes d'affranchissement des codes traditionnels de la sexualité qui restent minoritaires en Europe: la majorité des Européens conservant une vision assez normative de la sexualité fondée sur le principe d'exclusivité sexuelle entre partenaires. Cependant, cette étude atteste du fait qu'une proportion croissante de la population ne limite plus sa sexualité à un cadre conjugal classique. En effet, si l'introduction d'un ou plusieurs partenaires dans la vie sexuelle d'un couple constitue toujours une prise de risques, elle apparaît aussi comme une forme de comportement extra-conjugal codifié dans lequel chacun est associé aux jeux sexuels de l'autre.

Source: http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=2781

 

(1) Retrouvez ces définitions dans mon livre "SeXo, petit guide des pratiques sexuelles d'aujourd'hui", Maxima éditions, Paris, septembre 2014.

 

Commenter cet article